Consommer éthique : Quesako ?

 

"Consommer la mode de façon éthique !" On l'entend beaucoup aujourd'hui. Mais qu'est-ce que cette expression signifie au final ? Parce qu'entre celles qui l'assimilent exclusivement au port de matières naturelles; celles qui trouvent que le recyclage est plus acceptable; celles qui ne jurent que par le made in France ou celles qui prônent le mode de vie vegan, etc... Il y a de quoi pédaler dans la semoule hein !?  Mais c'est normal, si tu ne piges pas tout !  Car il existe plusieurs façon de consommer éthique. C'est une notion assez subjective. En effet, en fonction de nos convictions, nos critères et notre niveau d'évolution vers une mode plus raisonnée, on agrémente la chose à notre sauce. Vous devez certainement vous demander quelle est ma vision sur le sujet ? (ou pas...) Je vous dit tout dans cet article ! 😉

Team mode circulaire !

 

L'industrie textile telle que nous la connaissons aujourd'hui, surproduit, pollue, épuise les ressources naturelles, exploite et tue à petit feu une bonne partie de la population humaine. Ces raisons (que je vous ai évoqué en détail dans mon article précédent) m'ont complètement fait repenser ma façon de consommer la mode. Un vêtement n'est pas un produit jetable. Pour moi, la mode s'inscrit dans un système de consommation circulaire. Pour le bien de l'environnement et pour que l'esclavagisme moderne cesse, je pense qu'il est important de consommer d'une part, moins. Notamment en portant avant tout, les pièces que l'on possède déjà. Et en prenant soin de celles-ci afin de les mettre plus longtemps. Et d'autre part, lorsqu'une envie irrépressible de shopping se pointe, l'idéal est de privilégier la fripe ! Tout en n'hésitant pas à remettre en circuit les vêtements qui ne nous plaisent plus ou ne nous vont plus ! Cette méthode simple et basique permet de faire de la place dans nos placards. Mais également de rendre une autre personne heureuse ! Un bon compromis non ?!

____________________

Consommer éthique, ma vision des choses

______________
photo : @globalfashionexchange via Instagram

Parfois j'ai cette impression que l'expression "seconde main" est assez mal comprise. Pour la petite anecdote, j'ai été surprise d'un commentaire sur les réseaux sociaux. Il s'agissait d'une personne qui s'offusquait de voir une pièce en provenance d'un mass-market chez une blogueuse slowfashion. Des fringues, il en DÉGUEULE de tout côté ! Récentes ou vintage, made in France ou ailleurs, en cuir ou simili, en fibres naturelles ou synthétiques, etc... Sur le marché de la seconde main, on trouve de tout ! Et en l’occurrence des pièces de mass-market également. Pour ma part, ma démarche de recyclage consiste donc à ne pas me fixer de restrictions particulières lorsque je chine. Je pars juste du principe que toutes ces pièces existent. Et qu''elles méritent toutes de trouver chaussure à leur pied. Tant qu'elles sont en bon état, qu'elles me plaisent et qu'elles correspondent à mon style, je reste ouverte à tout !  Mais bien entendu, lorsque je tombe sur une pépite Made in France de luxe vintage ou d'une qualité irréprochable... je suis REFAITE !  La magie de la fripe se trouve dans ces petits moments de gloire ! 😉

 

 

Marques éthiques: Qu'est-ce que j'en pense?

 

Marques éthiques, ce que  j'en pense.

 

 

Pour une mode éthique, certaines optent plutôt pour des marques dites eco-responsables. Il est vrai que consommer des vêtements conçus avec des fibres textiles écolo et non imbibées de substances chimiques est toujours mieux qu'acheter en mass-markets. Mais je mentirais si je vous disais que j'approuve cette idée à 100%... D'une part parce que je pense que le problème est bien plus profond que cela. En effet, je trouve parfois que le concept de "marque éthique" a bon dos. Sous l'emprise d'un certain effet de mode, je trouve que certaines personnes  en usent et en abusent afin de justifier leur consommation excessive. Or je pense que tant que les mentalités n'évolueront pas, acheter auprès de marques - aussi éthiques qu'elles puissent être - en continuant de surconsommer aura les mêmes effets néfastes que des achats en mass-markets. 
Et puis, certes, il existes des labels afin d'identifier les vêtements ayant subit un processus de fabrication raisonné. Notamment les labels :

- GOTS: Global Organic Textile Standard, permettant de justifier du caractère bio du tissu et du respect de critères sociaux dans les étapes de fabrication.

- Oeko-tex: permettant de retracer l’absence de substances chimiques toxiques pour l'Homme ou l'environnement.

- World Fair Trade Organization: permettant de s'assurer des bonnes conditions pour les ouvriers (qui ne sont donc par conséquent pas des enfants)

Mais parfois la distinction entre les vraies "marques éthiques" et celles qui se prônent ainsi juste pour des raisons marketing est beaucoup trop floue. Ce qui peut être assez décourageant... Je ne recours pas non plus aux marques éthiques, car bien que la qualité ait un prix, ça reste un budget conséquent pour mon porte-monnaie. Et je ne suis pas Crésus ! Et enfin, j'évite également d'en consommer car au-delà du fait qu'un vêtement éthique ait un processus de fabrication économe en ressources, il aura un impact écologique toujours plus important qu'un vêtement d'occasion.

Pour moi "l'énergie la plus propre reste celle que l'on ne consomme pas !"

 

 

 

En conclusion...

 

Pour synthétiser ma pensée, je dirais que consommer la mode de façon éthique, c'est avant tout consommer de façon raisonnée. C'est repenser son rapport aux vêtements et sa garde-robe. C'est-à-dire consommer d'une part moins et mieux. Ma réponse, je l'ai principalement trouvée dans le marché de la seconde main. J'aime l'idée de m'inscrire dans une mode circulaire afin d' éviter la production de plus de déchets.

Et vous, comment consommez-vous éthiquement la mode ?

N'hésitez pas à me partager vos réponses en commentaires. Je serez ravie d'échanger avec vous à ce sujet ! 🙂

 

Eco-XOXO

Anneline